WILLIAM JONES

Sir William Jones (1746-1794) était un éminent spécialiste des langues orientales et poète. Il est né à Londres et a appris très jeune le Grec, le Latin, le Persan, l’Arabe, l’Hébreu et un peu de Chinois. Il a fait ses études à l’Université d’Oxford où il a obtenu une maîtrise en 1773. Sa première publication est Histoire de Nader Chah (1770), une traduction d’un texte persan de Mirza Mehdi Khan Astarabadi, faite à la demande du roi danois Christian VII. Après des études de droit, il est nommé en 1783 juge à la cour de Fort William à Calcutta. En 1784, il fonda l’Asiatic Society à Calcutta et continua à améliorer et à élargir sa connaissance des langues orientales, y compris le sanskrit (Université hindoue de Nadiya). Ses essais couvrent des sujets allant de la loi islamique, de la littérature, de la musique, de la botanique et de la géographie, et il a traduit plusieurs textes historiques et littéraires de plusieurs langues. Son travail a contribué à l’intérêt européen pour la religion et les langues indiennes, et il a contribué à la discussion sur la relation entre les langues indiennes et européennes, au sein de la famille des langues indo-européennes.

Les fragments :

Dans sa jeunesse, Jones a exercé ses compétences linguistiques en traduisant Mille et une nuit de Galland en arabe. Son intérêt pour l’Orient fut également éveillé par sa préceptrice française Madame Fauques-de Vaucluse. Le fragment présenté ici est le poème “Les sept fontaines” est un poème allégorique construit autour du motif de la porte interdite, bien connu de plusieurs histoires des Mille et une nuits, telles que l’histoire de “Janshah” et l’histoire du “Troisième qalander”.

Sir William Jones (1746-1794) était un éminent spécialiste des langues orientales et poète. Il est né à Londres et a appris très jeune le Grec, le Latin, le Persan, l’Arabe, l’Hébreu et un peu de Chinois. Il a fait ses études à l’Université d’Oxford où il a obtenu une maîtrise en 1773. Sa première publication…

Sir William Jones (1746-1794) était un éminent spécialiste des langues orientales et poète. Il est né à Londres et a appris très jeune le Grec, le Latin, le Persan, l’Arabe, l’Hébreu et un peu de Chinois. Il a fait ses études à l’Université d’Oxford où il a obtenu une maîtrise en 1773. Sa première publication…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.